Témoignages

Adrien PERON, Chef de Projet Biotechnologies (CDI)

Formation

DUT Génie Biologique Option analyses Biologiques et Biochimique (Quimper, 29)
Cycle Ingénieur Polytech Clermont-Ferrand, Génie Biologique, promotion 2014

Entreprise/Collectivité

Silab (Brive la Gaillarde, 19)

Description du poste

Embauché à l’issue de mon stage de fin de cycle Ingénieur Génie Biologique en 2014, je poursuis depuis la même mission : développer la culture de micro algues en conditions d’hétérotrophie à Silab.

Silab est une PME Corrézienne qui développe, produit et commercialise des actifs cosmétiques d’origine naturelle surtout à partir de plantes, mais également à partir de levures depuis 2006 et donc aujourd’hui de micro algues. 
Lors de mon stage, j’ai débuté l’étude de faisabilité de la culture de micro algues dans les conditions disponibles dans l’entreprise. J’étais alors le seul à travailler ce type cellulaire dans l’entreprise, et quand les premières cultures à l’échelle pilote ont abouti vers la fin de mon stage, Silab m’a proposé de poursuivre le développement des micros algues. Depuis, le cœur de ma mission reste le même :

  • Je choisis les souches d’intérêt,
  • je m’assure que leur traçabilité permettra à terme leur exploitation en cosmétique,
  • je développe les procédures de culture à l’échelle laboratoire,
  • et j'assure le suivi de l’industrialisation et du scale-up jusqu’à l’échelle industrielle.

Bien d’autres missions et objectifs viennent se greffer autour de cette ligne directrice : 

  • Optimisation des milieux et des conditions de culture,
  • recherche de thématiques innovantes sur les micros algues,
  • développement de techniques de screening à haut débit,
  • gestion des commandes et achats liées à l’activité Biotechnologie…

Le travail des micros algues en hétérotrophie est très peu répandu et nécessite une extrême rigueur, ainsi qu’une grande faculté à innover et à s’adapter car la bibliographie existante à ce sujet est marginale. Ma chance a été de pouvoir démarrer un projet de zéro par moi-même (ne connaissant pas du tout ce type cellulaire avant de débuter mon stage !), d’avancer pas à pas en apprenant de mes erreurs, d’essayer de nombreuses techniques différentes pour arriver à la première culture industrielle de micro algues à Silab.

En fonction des périodes, je peux passer plus de 70% de mon temps de travail à la paillasse, à manipuler mes souches et à les cultiver. Pour le moment cette répartition me convient parfaitement, ayant effectué une formation technique avant mon cycle ingénieur. Certaines cultures me font commencer à 5h du matin pour les surveiller, d’autres se terminent à 2h du matin, mais ce sont là les joies de la découverte et de la recherche et développement !