Témoignages

JOANNY PACCOUD, Planificateur central

Formation

DUT

Entreprise/Collectivité

Orangina Suntory France (ex Orangina Schweppes France)

Description du poste

Je suis salarié de l’Européenne d’Embouteillage qui est la filiale à 100% d’Orangina Schweppes. L’européenne d’embouteillage présente tous les sites de production. Orangina-Schweppes appartient aussi à 100% à Suntory, un grand groupe japonais. En 2014, Orangina-Schweppes France et Européenne d’Embouteillage ont changé de nom commercial pour se renommer : Orangina Suntory France. Il y a 4 sites de productions avec leurs spécificités :

  • La Courneuve : Verre, BIB(bag in box), canette

  • Donnery : canette, petit format plat PET, grand format plat PET,   grand format carboné PET

  • Meyzieu : canette, petit format carboné PET, verre, grand format carboné PET

  • Chateauneuf de Gadagne : canette, grand format carboné PET, grand format plat PET, poche.

OSF a un portefeuille de marque regroupant : Pulco, Oasis, Orangina, Schweppes, Pampryl, Banga, Canada dry. OSF produit aussi quelques références pour d’autres groupes comme Pepsi, Danone et des MDD (Carrefour, Auchan, Caraibos, Spring Valley, Nemeco).

  • En quoi consiste votre travail concrètement (quelles sont vos missions ?)

Je suis actuellement « planificateur central ». Un planificateur, dans l’industrie, c’est la personne qui va prévoir les productions à venir sur un certain horizon. Pour prévoir ces productions, il se fie à des prévisions de ventes (issues des commerciaux) qui donnent le besoin brut et il l’adapte ensuite aux contraintes industrielles (ouvertures de ligne, volumes de production, stock, couverture). Le planificateur va pouvoir définir les capacités productives (les ouvertures de ligne et/ou le rythme de production (1x8, 2x8, 3x8, sur 3, 4, 5, 6 ou 7 jours)). Il pourra alors regrouper les différents besoin afin de faire des « runs » (volume de production/parfum ou par format) adapter aux contraintes d’approvisionnement ingrédient, à la couverture de stock (nombre de ventes couvert par le stock➔ sécurité en cas d’aléas de production, d’évolution des ventes + temps de déploiement (dispatch= mettre les produits aux bons endroits).

Par exemple, si on prévoit de vendre 100 bouteilles chaque semaine, on concentrera les besoins afin de faire une production de 400 bouteilles (4 semaines de vente), d’une part pour avoir une meilleure performance dans les usines (plus c’est long, meilleur c’est ➔ montée en cadence, réglage…) et d’autre part pour avoir une « couverture » permettant un tampon pour du déploiement (dispatch dans la France) et pour prévenir des aléas de production (panne). On ne produit pas non plus 1000000 bouteilles sous prétexte que ça fait un run de dingue ➔ coût de stockage + DLUO.

  • Le principal objectif est le suivant :

Définir les volumes à produire par références par usine et semaines de production pour assurer le taux de service Client en optimisant la performance des usines et les coûts logistiques.

Taux de service : fournir au client ce qu’il veut, quand il veut, où il veut et dans la quantité qu’il veut ➔ c’est l’objectif 1er de toutes les sociétés.

A côté de ça, je gère également des projets : innovations (nouvelle référence), re-formulation de recette, changement de packaging. Cela a une incidence sur la disponibilité des produits car il y a toujours une quarantaine à respecter après un essai, et l’essai lui-même consomme de la capacité d’ouverture sur ligne qu’il faut également prévoir. Je donne également ma recommandation sur des tailles de kit (ensemble d’ingrédients permettant de faire un nombre précis de bouteille)➔ si on a un kit permettant de faire 100 000 bouteilles alors qu’on en vend que 100 bouteilles par semaine, ça fait une couverture de 100 semaines… Un peu excessif quand on sait que la DLUO d’une bouteille est d’environ 24 semaines… On recommandera plutôt d’avoir des kits de 300 bouteilles par exemple (rien n’empêche, ensuite, de faire des runs de 2 kits ou plus).

  • Pouvez-vous nous décrire une journée type (les grandes lignes) au travail ?

Les journées de la semaine sont différentes mais il y a des dénominateurs communs : la gestion des aléas de production (avance/retard de production, problème qualité, contraintes d’approvisionnement..) et la gestion de projet (nouveau produit, essai production, anticiper des événements (maintenance des lignes, quarantaine)).

Le lundi, on fait le bilan de la semaine de production précédente : quel est le volume produit vs celui qui était prévu. Si une production n’a pas eu lieu, quels risques ? Besoin potentiel de la remettre sur la semaine en cours. Quelle quantité a été livrée ? Quelle quantité a été prise en commande ? 

Le mardi, on fait les plans sur 12 semaines: on ajuste les ouvertures de ligne (capacité de production) et les volumes de production en fonction des évolutions des ventes et des prév des ventes. Et on signale aux sites de production la validation d’un plan de production pour S+1

Le mercredi, les sites ordonnancent le plan S+1 (ils mettent les productions les unes après les autres, en prenant en compte les contraintes d’"encyclement" (produit sucré/non sucré, pétillant/plat, coloré/non coloré, pulpeux/non pulpeux, format (pack de 6, pack de 8, pack de 12, pack de 24…) . On échange ensuite avec les sites de production sur le plan S+1, afin d’ajuster au mieux le plan sur les ouvertures par rapport aux problèmes d'approvisionnement, si le volume total de production ne correspond pas à l’ouverture (on rajoute ou on enlève alors des volumes)

Jeudi, on échange avec les sites sur les plans S+1 à S+6 (taille de runs, format, contraintes à venir..)

Vendredi : projet + préparation bilan de la semaine

  • Où se situe la plupart de vos activités (Bureau/Usine/déplacement ?) :

Essentiellement en bureau sur Aix-en-Provence (siège opérationnel). Mais je fais des déplacements dans les usines entre 1 et 2 fois tous les 2 mois ➔ afin d’échanger sur les contraintes usines, rencontrer les gens et bien connaitre la ligne.

  • Les compétences requises pour votre métier :

Avoir une bonne capacité d’analyse, un bon relationnel, être rigoureux, être force de proposition, être persuasif. Les connaissances agro-alimentaires sont un plus, tout comme le fait de connaître la production.

  • Avec qui interagissez-vous dans votre travail (équipe/ hiérarchie ?) :

Je suis dans une équipe de 4 planificateurs. On s’est partagés les formats (boite & poche, grand format plat PET, grand format carboné PET et les autres (petit format plat PET, petit format carboné PET, verre, bib). Cette équipe fait partie d’un service « planning & interface » avec le déploiement. Ce service fait partie de la supply chain (service client, planning & déploiement, réseau logistique), et lui-même fait partie des « opérations » (à différencier du marketing, R&D, finance, qui n’ont pas d’impact direct avec le produit fini.

Il y a donc plusieurs niveaux : 1 responsable planning, une responsable planning & interface, un directeur supply chain, un directeur des opérations et le PDG. Malgré ces niveaux, la hiérarchie reste très accessible.

  • Qui sont vos collaborateurs ?

Je suis en relation permanente avec les usines de productions (production et qualité) mais aussi avec les approvisionneurs, le déploiement ("dispatch" de produits finis sur les sites en France), le service R&D pour les innovations, rénovation  et aussi avec le service client (en contact avec les clients et les commerciaux, afin de les prévenir en cas de problème impactant la disponibilité des produits finis), les financiers (contrôle de gestion : pour optimiser les flux logistique.

Les flux logistiques sont les transferts intersites et/ou les lieux de production. Les usines ne sont pas toutes les mêmes, du coup des transferts doivent avoir lieu entre elles.

La Courneuve : verre, BIB(bag in box), canette

Donnery : boîte, petit format plat PET, grand format plat PET, grand format carboné PET

Meyzieu : boîte, petit format carboné PET, verre, grand format carboné PET

Chateauneuf de Gadagne : Boîte, grand format carboné PET, grand format plat PET, poche.

  • Ce que vous aimez/n'aimez pas dans votre travail :

C’est un poste central, beaucoup de services interagissent avec nous. C’est très intéressant, enrichissant et prenant à la fois. Du coup, parfois les journées peuvent être longues. Du fait qu’on soit central, on a aussi beaucoup de responsabilités. La qualité de notre boulot impacte beaucoup de personnes. Tout ça fait qu’on ne voit pas le temps passer dans une ambiance toujours détendue.

  • Quel type de contrat/ votre salaire/ l'évolution du marché lors de votre sortie de l'école ?

Je suis entré dans la boîte via mon stage de fin d’étude. 1er CDD de responsable de production (remplacement congé maternité) pendant 1 an, puis 2nd CDD de responsable planification, ordonnancement, approvisionnement (remplacement congé maternité) pendant 1an. Ensuite, CDI sur une ouverture de poste de planificateur central sur Aix.

Mon 1er salaire était de 34 000€ brut, soit environ 1960€ net/mois hors primes (intéressement, bonus) qui peuvent représenter entre 4000 et 10000€ net/an.

Actuellement, mon profil reste recherché parce que j’ai eu une expérience en production et en planification. Dans l'un ou l’autre de ces 2 services, ça fait preuve que je ne suis pas déconnecté, que je connais l’impact de l’un sur l’autre. Je me vois continuer sur ce poste encore 2 ou 3 ans afin de monter en compétence puis soit passer manager en supply chain soit retourner en production, dans cette boîte ou ailleurs. Attention, on arrive mieux à évoluer en changeant de boîte plutôt qu’en restant.