Témoignages

Hélène SURREAUX, Chargée de mission Aménagements Intermodaux, Service Mobilité

Formation

1ere année cycle préparatoire de Bordeaux puis licence 2 de Biologie
Cycle ingénieur Aménagement du territoire
Master Transport, territoire, environnement de l’Université de Cergy-Pontoise en formation par alternance

Entreprise/Collectivité

Communauté Urbaine Grand Paris Seine & Oise (78)

Description du poste

J’ai réalisé mon stage de fin d’études dans le domaine de la mobilité au sein de l’EPCI dans lequel je travaille actuellement. J’avais pour mission principale de développer la politique cyclable sur le territoire. A l’issue de ce stage, j’ai souhaité me spécialiser dans ce domaine. Ma formation d’ingénieur en aménagement du territoire étant très généraliste, j’avais quelques lacunes dans les domaines du transport public de voyageurs et des mobilités actives. Ainsi, j’ai eu la chance d’intégrer le Master Transport, territoire, environnement de l’Université de Cergy-Pontoise en formation par alternance. Mon rythme de travail était le suivant : 3 jours par semaine à l’intercommunalité et 2 jours de cours. Cette année de formation a été intense et très enrichissante pour moi et m’a permis de faire le lien entre la théorie et la pratique. Aussi, durant cette année, nous avons rencontré beaucoup d’intervenants extérieurs (principalement des anciens du Master) ce qui m’a permis de me projeter facilement dans le monde professionnel.

A la suite de cette formation, mon employeur m’a proposé de m’embaucher en tant que chargée de mission au sein du service Mobilité. Aujourd’hui, mon poste se décline en trois missions :

  • Le développement de l’intermodalité sur 5 gares du réseau Transilien : identification des besoins des usagers puis lancement de la démarche « étude de pôle gare » en lien avec le STIF (syndicat des transports d’Île-de-France), la SNCF, le Conseil Départemental et les communes concernées.  Mon travail consiste ensuite à assurer un suivi des études réalisées par nos prestataires (bureaux d’études), et à organiser des réunions afin de valider l’état d’avancement des études.

  • la mise en œuvre opérationnelle d’aménagements cyclables sur le territoire : je suis en charge de piloter les projets depuis leur validation par les élus locaux jusqu’à la phase travaux,

  • la mise en accessibilité aux personnes à mobilité réduite des points d’arrêt de bus définis comme prioritaires.

Mon quotidien est relativement varié, entre travail de bureau (rédaction de notes de synthèse, compte-rendu de réunion, etc.), réunions et travail de terrain. Je travaille en collaboration avec des acteurs divers : STIF, SNCF, exploitants des réseaux de bus, bureaux d’études, techniciens des collectivités, élus, milieu associatif, etc.

La formation d’ingénieur en aménagement du territoire m’a permis d’avoir des notions dans un grand nombre de domaines : planification urbaine, habitat, écologie, conception urbaine, géologie, paysages, etc. Avec le recul, ce n’est pas tant les connaissances mais les méthodes de travail acquises durant cette formation qui constituent un véritable atout au quotidien : aisance rédactionnelle, travail en groupe, organisation dans le travail ou encore bonne expression orale. En effet, les missions auxquelles je suis confrontée dans mon quotidien ne demandent pas d’avoir des connaissances techniques détaillées dans le domaine des transports mais elles sollicitent des savoir-faire indispensables : argumenter face aux élus, conseiller sur des projets, trouver des solutions fonctionnelles, s’adapter à chaque situation en ayant toujours le même objectif final : répondre au mieux aux besoins des usagers.

Ce qui me plait dans ce poste est que l’on essaie d’améliorer le quotidien des riverains et usagers tout en essayant de développer les modes de déplacement alternatifs à la voiture particulière. A l’avenir, je souhaite renforcer mon expérience actuelle car j’ai encore beaucoup à apprendre. Puis, passer le concours d’ingénieur territorial me permettrait de prétendre à un poste de titulaire.