Témoignages

Anne BERTHAUD, Ingénieure Recherche en Geophysique, Acquisition sismique terrestre

Formation

CPGE : BCPST (Biologie Physique-Chimie et Sciences de la Terre)
Cycle Ingénieur Polytech Paris-UPMC, Sciences de la terre, option Hydrologie, promotion 2008

Entreprise/Collectivité

CGG (Compagnie Générale de Géophysique)

Description du poste

L’entreprise pour laquelle je travaille depuis maintenant 8 ans – CGG, Anciennement Compagnie Generale de Geophysique – est un des leaders mondiaux en Geosciences (équipement, acquisition de données geophysiques, traitement de l’image, interpretation). Mon métier consiste à développer, optimiser et tester des techniques d’acquisition de données sismiques terrestres. Ces données seront ensuite traitées pour créer une image du sous-sol que nos clients pourront interpréter en vue de découvertes ou d’évaluation de ressources naturelles (pétrole, gas le plus souvent). Pour donner une comparaison simple, la sismique, c’est comme si on faisait une echographie, sauf que le bébé c’est la surface de la Terre. Et moi, je travaille sur la source d’émission des ondes.

J’ai commencé ma carrière à CGG par occuper des postes en contrôle qualité des données acquises en offshore. Je faisais des rotations de 5 semaines en mer sur des bateaux d’acquisition sismique / 5 semaines de vacances. Ce fut très enrichissant humainement et passionnant d’un point de vue technique d’être confrontée à la réalité du terrain. On travaillait avec des personnes de toutes nationalités et avec du matériel qui est soumis à la puissance de la mer. Il fallait tenir les délais de production et savoir répondre aux questions du client, former certains opérateurs. J’ai travaillé en méditerranée, mer du Nord et Golf du Mexique. La maitrise de l’Anglais était indispensable.

Actuellement, je suis dans la division acquisition terrestre, donc l’environnement est plutôt jungle ou désert. Je fais principalement de la R&D sur la source d’acquisition sismique, le camion vibrateur. On travaille sur différents projets de design et d’optimisation. Nous faisons aussi ponctuellement un peu de traitement du signal en vue de promouvoir une technique d’acquisition. De temps en temps, je vais en support sur les missions aider au démarrage, ou bien mettre en place une nouvelle technique, ou bien encore faire des tests sur un concept novateur. Il faut alors bien souvent rassurer le client, réparer les « bugs » et former les équipes sur place, pour que quand on soit parti, ils se débrouillent. Ce poste est un mélange varié entre créativité, recherche et mise en application ; je m’y plais beaucoup.

Le dernier bateau d’acquisition sismique surlequel j’ai travaillé : l’Oceanic Sirius. J’ai pris cette photo alors qu’on rentrait d’une opération de maintenance sur les cables, en workboat. Nous étions dans le Golf du Mexique. C’était en 2012.

Une flotte de 4 camions vibrateurs au sommet d’une dune dans le désert algérien (mission en cours, photo datant de janvier 2016).