Actualité

Florian Fillol, diplômé Polytech Grenoble, passionné par le domaine spatial, participera à l’IAC à Dubaï !

Florian Fillol, diplômé en Informatique et Électronique des Systèmes Embarqués (IESE) à Polytech Grenoble en 2019, participera à l’événement annuel IAC (International Astronautical Congress ) organisé par l’International Astronautical Federation pour présenter des sujets liés au spatial. La Fondation partenariale Polytech au nom du réseau Polytech soutient son projet et participe à son voyage. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur son parcours et son projet. Portrait d’un diplômé qui a la tête dans les étoiles mais les pieds bien sur terre !

« Diplômé ingénieur en Informatique et Électronique des Systèmes Embarqués (IESE) à Polytech Grenoble en 2019, j’ai acquis dans un premier temps des compétences en robotique et ingénierie logicielle, à travers mes stages et projets. J’ai notamment réalisé un échange universitaire d’un an à l’Université d'Agriculture et de Technologie de Tokyo (TUAT) dans le cadre de ma formation IESE, où j’ai pu travailler sur un sujet d’IA (Intelligence artificielle) au sein du laboratoire GVLab. Par la suite, je me suis spécialisé dans le secteur spatial, ma passion. Tout d’abord grâce à la formation Young Graduate Trainee (YGT) d’un an à l’Agence Spatiale Européenne (ESA) à Madrid. J’ai participé à l’amélioration du logiciel MAPPS (Mission Analysis and Payload Planning System). L’outil est un logiciel intermissions qui prend en charge les missions planétaires scientifiques (Solar Orbiter, JUICE, BepiColombo, etc.), assurant un système de modélisation et de vérification des contraintes. »

À la suite de cette formation, pour se donner plus d’opportunités dans le futur sur l’aspect système et opérationnel des systèmes spatiaux, Florian réalise le Master Spécialisé TAS ASTRO à l’ISAE-Supaero à Toulouse. Dans le cadre de cette formation, il participe à deux études de faisabilité d'exploration spatiale.

« Je vais pouvoir présenter mon travail à l’International Astronautical Congress (IAC) : Pegasus et Nuvole ».
 

L’IAC, c’est quoi ?

L’IAC est un évènement annuel organisé par l’International Astronautical Federation qui permet de présenter des sujets liés au spatial. Cela consiste en des séances plénières, des conférences et des réunions pendant une semaine. L'IAC réunit les chefs et cadres des agences spatiales mondiales, ainsi que des chercheurs souhaitant présenter leurs projets. Cette année il est organisé à Dubaï aux Émirats Arabe Unis et Paris sera la ville hôte l’an prochain.


 Revisitons le système solaire ?

Le projet Pegasus est une conception préliminaire d’une constellation GNSS (Global Navigation Satellite Systems) lunaire dans le but d’apporter un service de navigation aux prochains astronautes sur la lune. L’ESA travaille notamment sur un sujet semblable avec l’initiative Moonlight. En effet, la volonté de la NASA avec le programme ARTEMIS est de ramener des hommes sur la lune, pour préparer une possible base lunaire permanente dans la prochaine décennie. Pour rendre cette mission possible, en tant que pionniers, nous devons ouvrir la voie et mettre en place les infrastructures nécessaires au déploiement de diverses missions lunaires.

La mission Nuvole est réalisée dans le cadre de SEEDS, 13e édition. Le programme SEEDS (SpacE Exploration and Development Systems) est un partenariat académique entre l’ISAE-SUPAERO, l’École Polytechnique de Turin en Italie et l’Université de Leicester en Angleterre. Plusieurs agences et industriels sont aussi en étroite collaboration, par exemple l’ESTEC (l’Établissement de l’ESA aux Pays-Bas), le CNES et Thalès Alenia Space. L’objectif étant de fournir les compétences en physique appliquée et en ingénierie nécessaires pour développer des systèmes et des missions spatiales d’exploration humaine et robotique. Cette année, avec la quarantaine d’autres étudiants impliqués, nous devons concevoir plusieurs systèmes pour une mission d’exploration scientifique de Vénus, avec en particulier un retour d’échantillons atmosphériques, ainsi que deux rovers lunaires ayant des objectifs différents.
 

Que vous a apporté le réseau Polytech ?

« Le réseau Polytech avec le rayonnement de ses écoles est ouvert sur le monde et m’a permis de développer mon ouverture d’esprit grâce à mon échange d’un an au Japon. L’ESA étant un environnement international, cette expérience m’a grandement aidé à être sélectionné en tant que YGT (Programme offers young). Polytech Grenoble, ainsi que les autres écoles du réseau, ont de nombreux accords avec des universités dans le monde entier, pour des stages, des échanges ou des doubles diplômes. C’est l’opportunité de partir découvrir de nouvelles cultures ! »

Avec ses 15 écoles, le réseau offre plus d’une douzaine de domaines de formation.

« Lors de mon recrutement, ayant déjà pour objectif de me spécialiser dans le secteur spatial, je me suis orienté vers les systèmes embarqués pour me donner le plus de chance possible. Le diplôme IESE est centré sur l’informatique, l’électronique et l’informatique : 3 composantes majeures des systèmes spatiaux. Mais la palette d’offres est très diverse et il est facile de trouver une filière qui nous correspond : matériaux, bio, informatique, génie civil etc. Enfin les acteurs du réseau sont très soudés et la vie étudiante est riche. Soudés entre les étudiants évidemment, de nombreux évènements sont organisés avec les autres écoles Polytech tout au long de l’année. Mais aussi avec les professeurs avec qui je suis toujours en contact pour certains. » 

 Avez-vous un message à faire passer ?


 « Je souhaiterais dire merci à la directrice de la Fondation partenariale Polytech, Mélinda Bouquerel, au pôle Développement et partenariat ainsi qu'au coordinateur du réseau, Yves Bernard, pour leur soutien pour cet évènement !

Pour conclure, je conseillerais de ne pas avoir peur de viser haut, de sortir d’une certaine zone de confort pour avoir des objectifs ambitieux. L'échec fait partie de tout succès, tant que nous en apprenons quelque chose. En particulier, j'encourage tout le monde à aller résider à l'étranger autant que possible. En vivant au Japon pendant 1 an, j'ai appris que la meilleure éducation que l'on puisse obtenir est de voyager et de découvrir de nouvelles cultures ! 


Contacts
Mail : fillol.florian@gmail.com
LinkedIn : Florian Fillol
Instagram : florianf3l

 

Partager